comprendre-facilement.fr
Électrocautérisation
Santé

Électrocautérisation : définition, cause, symptômes, traitement

L’électrocautérisation est une intervention chirurgicale au cours de laquelle un chirurgien ou un médecin utilise l’électricité pour chauffer les tissus. Elle a pour objet de :

  • prévenir ou arrêter le saignement après une lésion ou pendant une intervention chirurgicale
  • retirer une croissance anormale de tissu
  • prévenir l’infection

Utilisation

Le traitement peut servir de plusieurs façons.

Utilisation en chirurgie

Cette technique est parfois utilisée en chirurgie pour couper les tissus mous afin de pouvoir accéder au site et cautériser les vaisseaux qui saignent pendant l’intervention. La cautérisation des vaisseaux empêche la perte de sang et assure la propreté du site.

Ablation de tumeurs

Cette méthode est parfois utilisée pour retirer des croissances anormales de tissus comme des tumeurs, particulièrement quand elles se trouvent dans des endroits sensibles ou difficiles à atteindre, tels que le cerveau.

Traitement nasal

Si vous souffrez fréquemment de saignements de nez, c’est le plus souvent un vaisseau sanguin exposé qui en est responsable. Même si vous ne saignez pas au moment de votre visite médicale, le médecin pourra recommander ce type de traitement.

Ablation de verrues

Cette technique est souvent utilisée pour le traitement de verrues génitales ou autres. Dans ce cas, un seul traitement suffit généralement.

Préparation

Il n’y a pas de préparation spéciale pour cette opération. En cas de saignements abondants et fréquents, du nez par exemple, le médecin peut faire une prise de sang pour détecter l’anémie ou un trouble de la coagulation.

Quelques jours avant l’intervention, le médecin vous demandera de cesser de prendre tout anticoagulant comme l’aspirine, l’ibuprofène (Advil, Motrin) et la warfarine (Coumadine).

Vous devriez aussi cesser de fumer les jours qui précèdent votre opération.

On pourra également vous demander de ne rien boire ni manger après minuit la veille de votre intervention.

Interventions

Seul un médecin ayant reçu la formation spécialisée adéquate peut réaliser cette technique.

Avant l’intervention il placera une plaque de mise à la terre sur votre corps (généralement la cuisse). Cela vous protègera contre tout effet nocif du courant électrique. La peau sur le site de l’opération sera nettoyée et recouverte d’un gel pour prévenir les brûlures.

Vous recevrez une anesthésie locale ou générale, selon le type et l’ampleur de l’opération. Le médecin ou chirurgien utilisera une petite sonde parcourue par un courant électrique pour fermer ou détruire les tissus. Pendant l’opération, le courant électrique ne pénètre pas dans le corps. Seule l’extrémité chauffée de la sonde entre en contact avec le tissu. La chaleur générée ferme ou retire le tissu qu’elle touche.

Risques

Le traitement en lui-même présente des risques mineurs, notamment :

  • saignement minime
  • infection – on peut administrer des antibiotiques avec le traitement pour réduire ce risque.
  • douleur et léger inconfort – on peut prescrire un antidouleur pour quelques jours après l’intervention.

Il faut prévenir le médecin avant l’intervention si vous portez un stimulateur cardiaque.

Risques des anesthésiques

Bien que la plupart des personnes en bonne santé n’aient aucun problème avec l’anesthésie générale, il existe un petit risque de complications à long terme et, bien que très rare, le risque de décès est possible. Ces risques dépendent largement de votre état de santé général et du type de procédure concernée.

Certains facteurs peuvent augmenter votre risque de complications, notamment :

  • maladies affectant les poumons, les reins ou le cœur
  • antécédents familiaux d’effets indésirables de l’anesthésie
  • apnée du sommeil
  • obésité
  • allergies à certains aliments ou médicaments
  • consommation d’alcool
  • tabagisme

Si vous présentez un de ces facteurs ou si vous êtes une personne âgée, vous pouvez être plus susceptible de connaître les complications suivantes (bien qu’elles soient rares) :

  • crise cardiaque
  • infection pulmonaire
  • accident vasculaire cérébral
  • confusion mentale temporaire
  • décès

Compréhension de l’anesthésie

Selon la clinique Mayo, une ou deux personnes sur 1 000 se réveillent brièvement quand elles sont sous anesthésie générale (Mayo, 2010). Quand cela se produit, le patient est généralement conscient de son environnement, mais ne ressent aucune douleur. Cependant, bien que cela soit rare, il peut ressentir une douleur vive. Cela peut entraîner des troubles psychologiques de longue durée.

Exemples de facteurs susceptibles d’augmenter ce risque :

  • opération d’urgence
  • problèmes cardiaques ou pulmonaires
  • usage prolongé d’opiacés, de tranquillisants ou de cocaïne
  • consommation quotidienne d’alcool

Pronostic

L’électrocautérisation arrête efficacement les saignements quand elle est utilisée pendant une intervention ou après une blessure.

Quand on l’utilise pour retirer une tumeur, une verrue ou d’autres excroissances, tous les tissus anormaux sont retirés lorsque la procédure réussit. Comme la chaleur de la sonde stérilise le site, il n’y a souvent pas besoin de points de sutures.

Le temps de récupération après le traitement dépend de la taille de la partie traitée et de la quantité de tissu retirée. Il faut généralement deux à quatre semaines pour guérir, et plus si une grande surface de tissu a été traitée.

Après l’opération, on peut remarquer un gonflement, de la rougeur et une douleur légère. En fonction de l’intervention réalisée, du tissu cicatriciel pourra se développer ultérieurement.

A lire aussi

Rhinoplastie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Imperforation de l’anus : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La vitamine C : l’un des actifs incontournables pour être en bonne santé 

Tambi

La laryngectomie : parlons-en : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Fièvre dengue : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Les complications du cancer du poumon : définition, cause, symptômes, traitement

Irene