comprendre-facilement.fr
iso-enzymes-CPK
Santé

Test d’iso-enzymes CPK : définition, cause, symptômes, traitement

Les enzymes sont des protéines complexes qui facilitent les changements chimiques dans chaque partie du corps. Votre corps a besoin d’enzymes pour fonctionner. Le test d’iso-enzymes CPK permet de mesurer le taux de créatine kinase (ou créatine-phosphokinase, CPK), un enzyme présent dans le sang.

La CPK se répartit en trois parties distinctes :

  • la CPK-1 provient essentiellement du cerveau et des poumons ;
  • la CPK-2 provient essentiellement du cœur ;
  • la CPK-3 provient du muscle squelettique.

Lorsque ces parties du corps souffrent de lésions dues à une blessure ou une maladie, les iso-enzymes CPK peuvent se libérer dans le flux sanguin. En contrôlant le taux de ces enzymes dans le flux sanguin va aider les médecins à repérer les zones du corps touchées.

Le test d’iso-enzymes CPK est une simple analyse de sang n’exigeant pratiquement aucune préparation et n’impliquant qu’un risque minimal. L’échantillon est ensuite envoyé à un laboratoire pour analyse et le médecin vous en expliquera les résultats.

Objet

Un dosage de la CPK sanguine est généralement prescrit lorsqu’une personne est admise aux urgences avec des symptômes de crise cardiaque. Votre médecin pourra prescrire un dosage de CPK sanguin pour :

  • contribuer au diagnostic de crise cardiaque ;
  • diagnostiquer une douleur thoracique ;
  • repérer la quantité de tissu musculaire ou cardiaque ayant subi une lésion.

Le test peut également déterminer si vous êtes porteur/porteuse du gène de la dystrophie musculaire. Il permet de détecter une dermatomyosite (pathologie musculaire), une polymyosite (pathologie inflammatoire affectant le tissu musculaire), une hyperthermie maligne, pathologie congénitale exacerbée par une anesthésie générale.

Préparation

Le dosage d’iso-enzymes CPK dans le sang s’effectue comme d’autres analyses de sang de routine. L’analyse de sang proprement dite a lieu en laboratoire. Aucun jeûne ou préparation spécial(e) n’est requis de la part du patient.

Avant de prendre rendez-vous pour votre analyse de sang, il est important d’indiquer à votre médecin tout médicament sur ordonnance ou en vente libre que vous prenez. Certaines substances sont susceptibles d’interférer avec les résultats des analyses :

  • médicaments destinés à réduire le taux de cholestérol ;
  • stéroïdes ;
  • agents anesthésiques ;
  • amphotéricine B (médicament antifongique) ;
  • alcool ;
  • cocaïne.

D’autres facteurs sont éventuellement susceptibles d’interférer avec les résultats des examens, notamment :

  • un exercice vigoureux ;
  • une immobilité prolongée ;
  • des injections intramusculaires ;
  • un cathétérisme cardiaque ;
  • une intervention chirurgicale récente.

N’oubliez pas de mentionner ces événements à votre médecin avant de procéder à l’analyse de sang.

Interventions

L’analyse de sang ne prend que quelques minutes.

Votre prestataire de soins de santé va se servir d’un antiseptique en application topique pour nettoyer une petite zone du bras, généralement à l’intérieur du coude ou sur le dos de la main. Un ruban élastique (garrot) est ensuite enroulé autour de la partie supérieure du bras pour créer une pression et faciliter l’accès à la veine.

Une aiguille est insérée dans une veine et le sang prélevé pour être conservé dans une petite fiole. Vous allez probablement ressentir la piqûre de l’aiguille ou une sensation de picotement. Une fois la fiole remplie, le garrot et l’aiguille sont retirés du bras. Un pansement est placé sur le site de la piqûre.

La fiole est ensuite étiquetée et envoyée à un laboratoire. Les résultats seront transmis à votre médecin, qui se chargera de vous les expliquer.

Dans certains cas, votre médecin pourra souhaiter renouveler le test à intervalles de quelques jours afin de voir si vos taux d’enzymes changent. Les variations de taux peuvent contribuer à l’établissement du diagnostic.

Effets secondaires

Vous éprouverez éventuellement une douleur dans le bras lors de l’insertion de l’aiguille et il est possible que vous ayez une légère ecchymose ou une sensation pulsatile de courte durée. Il est possible que vous éprouviez une gêne plus importante dans de rares cas si le prestataire de soins a du mal à trouver une veine.

La plupart des gens ne présentent aucun effet secondaire grave ou de longue durée. Les complications éventuelles susceptibles d’intervenir dans de rares cas sont notamment :

  • des saignements ;
  • étourdissements ;
  • évanouissements ;
  • infection (ce risque est présent chaque fois que l’intégrité de la peau est compromise).

Si vous présentez l’un de ces symptômes, consultez immédiatement votre médecin.

Résultats

La CPK-1 est principalement présente dans le cerveau et les poumons. Des taux élevés de CPK-1 sont susceptibles d’indiquer :

  • une lésion cérébrale, un accident vasculaire ou des saignements ;
  • un cancer du cerveau ;
  • des convulsions ;
  • un infarctus pulmonaire (nécrose d’une zone du poumon).

CPK-2

La CPK-2 est présente dans le cœur. Des taux élevés de CPK-2 sont susceptibles de découler :

  • d’une lésion cardiaque (due à un accident) ;
  • d’une inflammation du muscle cardiaque (généralement due à un virus) ;
  • de blessures électriques.

La présence de taux élevés de CPK-2 dans le sang peut également faire suite à une défibrillation cardiaque et à une intervention chirurgicale à cœur ouvert. Suite à une crise cardiaque, les taux de CPK-2 dans le sang augmentent, pour chuter encore de nouveau dans les 48 heures.

Une insuffisance cardiaque congestive, une angine de poitrine ou des embolies pulmonaires ne provoquent généralement pas d’augmentation du taux de CPK-2 dans le flux sanguin.

CPK-3

Les taux de CPK-3 sont susceptibles d’augmenter dans le flux sanguin si les muscles :

  • présentent des lésions dues à une blessure par écrasement (lorsqu’une partie du corps est écrasée entre deux objets lourds) ;
  • sont immobiles depuis longtemps ;
  • présentent des lésions dues à des médicaments ;
  • présentent une inflammation.

Autres facteurs contribuant à des taux élevés de CPK-3 :

  • dystrophie musculaire ;
  • traumatisme musculaire (dû à des sports de contact, brûlures et intervention chirurgicale) ;
  • convulsions ;
  • électromyographie (test de fonctionnement des nerfs et des muscles).

Les résultats sont susceptibles de varier d’une personne à une autre, en fonction des lésions ou conditions spécifiques. Votre médecin vous expliquera le sens de vos résultats spécifiques, et abordera avec vous la question de la forme de traitement la plus adaptée.

A lire aussi

Électrocautérisation : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Usage cosmétique de Monoï de Tahiti

Tambi

Hépatite auto-immune : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Syndrome de Felty : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La plaie sur le doigt : comment en prendre soin quand il est cassé… : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Insertion d’une sonde d’alimentation (gastrostomie) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene