comprendre-facilement.fr
TDAH
Santé

Médicaments pour le traitement du TDAH : définition, cause, symptômes, traitement

Les stimulants du système nerveux central (SNC) sont les médicaments le plus fréquemment prescrits pour le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Ils ont fait leurs preuves depuis longtemps pour le traitement du TDAH et leur efficacité est soutenue par un grand nombre d’études. Les scientifiques ne savent pas exactement comment les stimulants du SNC soulagent les symptômes du TDAH, mais ils pensent que ces médicaments agissent en augmentant les niveaux de dopamine dans le cerveau. La dopamine est un neurotransmetteur (une substance chimique dans le cerveau) associé à la motivation, au plaisir, à l’attention et au mouvement. Pour de nombreuses personnes atteintes du TDAH, les stimulants peuvent accroître la capacité de se concentrer, tout en atténuant les comportements hyperactifs et impulsifs.

Les stimulants du SNC sont produits à divers dosages pour assurer une courte ou une longue durée d’action. Les stimulants à courte durée d’action ont un effet maximal après quelques heures et doivent être pris deux ou trois fois par jour. Ils sont souvent produits sous forme de pilule ou de capsule. Les stimulants à longue durée d’action ou à libération prolongée durent de huit à 12 heures et ne se prennent habituellement qu’une fois par jour, le matin. Ils contiennent exactement le même composé que les stimulants à courte durée d’action ; la seule différence est la façon dont ce composé est libéré dans le corps. Les stimulants à libération prolongée sont aussi produits sous forme de pilule ou de capsule. Cependant, un timbre cutané de méthylphénidate à libération prolongée a récemment été commercialisé comme alternative aux médicaments oraux. Les stimulants du SNC utilisés pour le traitement du TDAH comprennent :

  • Les stimulants à base d’amphétamine (Adderall, Dexedrine, Dextrostat). Ces médicaments sont composés soit de dextroamphétamine, soit d’une combinaison de dextroamphétamine et de lévoamphétamine.
  • Dextrométhamphétamine (Desoxyn)
  • Dextrométhylphénidate (Focalin)
  • Méthylphénidate (Concerta, Daytrana, Metadate, Ritalin)

Les stimulants du SNC créent une forte dépendance et ne doivent être utilisés que sous la supervision d’un médecin. Ces médicaments peuvent provoquer des effets secondaires indésirables, comme une réduction de l’appétit, une perte de poids, des troubles du sommeil, l’irritabilité quand le médicament perd de son effet et, dans des cas rares, le développement de tics faciaux ou de troubles cardiaques.

Bien que les stimulants soient fréquemment prescrits pour le traitement pharmacologique du TDAH, des recherches récentes ont indiqué que les impacts cardiovasculaires de ces médicaments sur l’enfant peuvent être nuisibles, particulièrement quand l’enfant souffre déjà d’une maladie comme le diabète ou l’hypertension, ou d’anomalies du rythme cardiaque. Une équipe de travail sur les directives de pratique, composée de membres de l’American Heart Association (AHA) et de l’American College of Cardiology (ACC) a récemment révisé ses recommandations afin d’inclure une clause concernant l’évaluation et la surveillance cardiovasculaires chez les enfants qui prennent des stimulants pour traiter le TDAH. LA FDA, l’autorité américaine de l’alimentation et du médicament (Food and Drug Administration), a également ajouté des avertissements sur les étiquettes de stimulants pour avertir les patients qu’il existe un risque accru de problèmes cardiovasculaires et psychiatriques.

Médicaments non stimulants

L’utilisation de médicaments non stimulants est souvent considérée quand les stimulants n’ont pas été efficaces ou ont provoqué des effets secondaires intolérables.

Atomoxétine (Strattera)

L’atomoxétine est un des deux seuls médicaments non stimulants approuvés par la FDA pour le traitement du TDAH. Comme c’est le cas avec les stimulants du SNC, les scientifiques ne sont pas exactement sûrs de la raison pour laquelle l’atomoxétine est efficace. Comme les stimulants, elle affecte les niveaux de neurotransmetteurs dans le cerveau. Cependant, contrairement aux stimulants, qui affectent la dopamine, l’atomoxétine augmente les niveaux d’un autre neurotransmetteur, la noradrénaline. L’atomoxétine a une action plus longue que les stimulants ; ses effets durent plus de 24 heures.

Étant donné qu’elle a aussi des propriétés antidépressives, l’atomoxétine peut être une bonne option pour les patients atteints de TDAH qui présentent aussi des symptômes anxieux ou dépressifs. Cependant, elle ne semble pas être aussi efficace pour traiter les symptômes de l’hyperactivité que les stimulants. Les effets secondaires de l’atomoxétine comprennent la nausée, la sédation, la réduction de l’appétit et la perte de poids.

Médicaments contre l’hypertension (Guanfacine)

La guanfacine (Intuniv) est un agent non stimulant qui a été approuvé par la FDA en 2009 pour le traitement du TDAH. En 2011, elle a été également approuvée comme option de traitement d’appoint à utiliser avec des stimulants du SNC dans le traitement du TDAH chez l’enfant. La guanfacine est essentiellement un médicament contre l’hypertension, mais lors d’essais, il a été démontré qu’elle traite efficacement les symptômes d’hyperactivité, d’impulsivité et d’agression causés par le TDAH. Elle est moins utile quand il s’agit des problèmes d’attention. D’autres médicaments contre l’hypertension, particulièrement la clonodine, sont parfois prescrits sous forme générique pour traiter le TDAH.

Antidépresseurs

Bien que la FDA n’ait pas approuvé d’antidépresseurs pour le traitement du TDAH, les médecins prescrivent parfois cette classe de médicaments aux patients qui ne réagissent pas bien aux stimulants ou à l’atomoxétine.

Antipsychotiques atypiques

Certains antipsychotiques atypiques, ou antipsychotiques de deuxième génération, qui ciblent de multiples neurotransmetteurs dans le cerveau, sont parfois prescrits sous forme générique pour traiter le TDAH chez les patients qui ne réagissent pas bien aux stimulants ou à l’atomoxétine.

A lire aussi

Cheveu bambou (trichorrhexie invaginée) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La vitamine C : l’un des actifs incontournables pour être en bonne santé 

Tambi

Cancer de la thyroïde : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Usage cosmétique de Monoï de Tahiti

Tambi

Ataxie cérébelleuse aiguë  : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Brûlure au premier degré : définition, cause, symptômes, traitement

Irene