comprendre-facilement.fr
IRM thoracique
Santé

IRM thoracique : définition, cause, symptômes, traitement

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est un type d’examen non invasif qui utilise des aimants et des ondes radios pour créer des images de l’intérieur du corps. Contrairement à la tomodensitométrie, l’IRM, qui n’emploie pas de rayonnement, est considérée comme une solution plus sûre, en particulier pour les femmes enceintes.

Lors d’un IRM thoracique, des aimants et ondes radios génèrent des images en noir et blanc du thorax, ce qui permet aux médecins d’étudier vos tissus et organes pour détecter d’éventuelles anomalies sans pratiquer d’incision. Les images obtenues par IRM ne se limitent pas aux os. Elles montrent aussi les tissus mous.

Objet

Un médecin peut prescrire un examen IRM s’il soupçonne l’existence d’un problème dans la région thoracique et estime que son origine ne peut être déterminée par un simple examen physique.

Un médecin peut vous prescrire un IRM thoracique si vous avez :

  • des artères obstruées ;
  • un cancer ;
  • une pathologie affectant les organes ;
  • des problèmes cardiaques ;
  • une lésion ;
  • une douleur ;
  • des tumeurs ;
  • besoin d’un examen du système lymphatique.

Votre médecin vous expliquera précisément pourquoi il a prescrit l’IRM. Votre médecin devrait vous tenir informé(e) de ce qui, à son avis, pourrait constituer un problème, tant au cours de la procédure que par la suite. Si vous ne savez pas avec certitude ce qui se passe, n’hésitez pas à poser autant de questions que vous le souhaitez.

Risques

Dans la mesure où l’IRM n’emploie pas de radiations, les effets secondaires sont rares, voire nuls. À ce jour, aucun effet secondaire des ondes radio et aimants n’a été signalé.

Selon l’association nationale américaine du cœur, du poumon et du sang (National Heart, Lung, and Blood Association, NHLBA), les risques associés à un examen IRM sont rares (NHLBA). Lorsque, à la suite d’une chirurgie ou d’un accident, vous portez un stimulateur cardiaque ou un implant métallique, n’oubliez pas d’en parler à l’avance à votre médecin, afin de déterminer si vous pouvez, ou non, subir un examen IRM. Il est possible que ces implants compliquent l’examen ou même, soient à l’origine d’un dysfonctionnement.

Il arrive, quoique rarement, que le colorant employé entraîne une réaction allergique ou une dégradation de la fonction rénale chez les personnes atteintes de maladie rénale. La probabilité que de tels effets secondaires se manifestent est toutefois faible.

Les personnes claustrophobes ou craignant les espaces clos sont susceptibles d’éprouver de la gêne au cours de l’examen. N’oubliez pas que vous n’avez rien à craindre. Un anxiolytique pourra vous être prescrit pour atténuer votre inconfort. Dans certains cas, il est possible qu’un sédatif vous soit administré lors du processus.

Préparation

Si vous portez un stimulateur cardiaque, n’oubliez pas d’en informer le médecin avant l’examen. En fonction du type de stimulateur cardiaque dont vous êtes équipé(e), votre médecin pourra suggérer un autre mode d’examen, comme par exemple un tomodensitogramme. Certains modèles de stimulateurs cardiaques peuvent être reprogrammés avant une IRM afin d’éviter les perturbations durant l’examen.

L’IRM emploie également des aimants qui exercent une attraction sur les métaux. Informez votre médecin si, à la suite d’une précédente intervention, vous portez un implant métallique, tel que :

  • une valve cardiaque artificielle ;
  • une pince ;
  • un implant ;
  • une broche ;
  • une plaque ;
  • des vis ;
  • des agrafes ;
  • une endoprothèse.

Il est possible que vous deviez jeûner durant quatre à six heures avant l’examen : interrogez votre médecin pour vous en assurer.

Il est possible que votre médecin emploie un colorant spécial pour faire apparaître une région à problèmes. Ce colorant, le gadolinium, est administré en intraveineuse. Il diffère de celui employé pour un tomodensitogramme. Les réactions allergiques à ce colorant sont rares, mais en cas de doute, il est préférable de prévenir votre médecin avant l’administration par intraveineuse.

Interventions

L’apparence d’une machine IRM est futuriste. Elle comporte une table d’examen mobile qui glisse dans un cylindre métallique géant.

Un technicien vous aidera à vous allonger sur le dos sur la table. Si vous éprouvez des difficultés pour demeurer allongé(e) sur la table, un oreiller ou une couverture vous sera remis. Le technicien contrôlera le déplacement de la table à partir d’un autre local, au moyen d’un dispositif de commande à distance. Il communiquera avec vous au moyen d’un microphone et de haut-parleurs.

Lors de la réalisation des images, l’appareil produira des bruits sourds et de bourdonnement. De nombreux hôpitaux proposent des protège-oreilles. D’autres sont équipés de télévisions ou de casques pour vous aider à patienter ; la durée du test peut en effet atteindre 90 minutes.

Le technicien vous demandera de retenir votre souffle quelques secondes lors de la réalisation des images. Vous ne ressentirez rien pendant l’examen (les aimants et les ondes de radiofréquence, comparables à celles des ondes de radios FM ne sont pas sensibles).

Suivi

Après un IRM, il ne vous reste plus qu’à vous rhabiller.

Lorsque les images sont recueillies sur film, plusieurs heures peuvent être nécessaires au développement du film. Il faudra également du temps à votre médecin pour examiner ces images et les interpréter. Les appareils plus modernes affichent les images sur ordinateur, ce qui permet à votre médecin de les étudier plus rapidement.

L’obtention de résultats préliminaires d’une IRM thoracique peut nécessiter plusieurs jours, mais celle de résultats complets peut exiger une semaine ou plus. Votre médecin souhaitera sans doute que vous preniez rendez-vous pour s’entretenir avec vous des problèmes identifiés et mettre en place un traitement. Si les résultats sont normaux, il pourra prescrire de nouveaux tests pour contribuer à diagnostiquer la cause des symptômes.

A lire aussi

Règles abondantes, prolongées ou irrégulières : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Traitement chirurgical de l’oignon : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Options de traitement des troubles de l’alimentation : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Facteurs de risque d’ostéoporose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Rhinoplastie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Fistule gastrointestinale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene