comprendre-facilement.fr
Insuffisance respiratoire chronique
Santé

Insuffisance respiratoire chronique : définition, cause, symptômes, traitement

En respirant, vous ingérez un air contenant de l’oxygène. Cet oxygène est transporté par le sang jusqu’aux organes et tissus. Le système respiratoire élimine également le dioxyde de carbone de votre sang. En expirant, vous le rejetez dans l’air. En cas de défaillance de l’un ou l’autre de ces processus, une insuffisance respiratoire peut survenir.

Une insuffisance respiratoire peut être aigüe ou chronique.

Lorsqu’une insuffisance respiratoire est de courte durée, elle est aigüe, lorsqu’elle est au contraire longue, elle revêt un caractère chronique. L’insuffisance respiratoire aigüe est subite et constitue une urgence médicale. L’insuffisance respiratoire chronique se développe sur une longue période et exige un traitement à long terme.

Une insuffisance respiratoire chronique peut également être une insuffisance respiratoire hypoxémique ou hypercapnique. Un faible taux d’oxygène dans le sang peut être à l’origine d’une insuffisance respiratoire hypoxémique. Un taux élevé de dioxyde de carbone peut entraîner une insuffisance respiratoire hypercapnique.

Causes

Certaines maladies respiratoires peuvent être cause d’une insuffisance respiratoire chronique. Les conditions qui affectent la manière dont les muscles, les nerfs, les os ou les tissus contribuent à la respiration peuvent également causer une insuffisance respiratoire.

Il s’agit notamment des suivantes :

  • une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ;
  • une lésion de la moelle épinière ;
  • des dommages nerveux (affectant les nerfs qui contrôlent la respiration) ;
  • un alcoolisme chronique neutralisant le centre respiratoire.

Certaines de ces pathologies touchent directement les poumons, tandis que d’autres peuvent affecter la manière dont le cerveau contrôle les poumons.

Symptômes

Il peut arriver que les symptômes d’une insuffisance respiratoire chronique n’apparaissent pas immédiatement. Ils se manifestent d’ordinaire progressivement et il s’agit :

  • de troubles respiratoires ;
  • d’une coloration bleuâtre de la peau ou des lèvres (due au manque d’oxygène) ;
  • d’une coloration bleuâtre des ongles des mains ;
  • d’une respiration rapide ;
  • de fatigue ;
  • d’agitation, d’anxiété, de confusion ou de somnolence.

Une insuffisance respiratoire grave peut entraîner le glissement d’une personne dans le coma ou un rythme cardiaque anormal.

Diagnostic

Au vu de vos symptômes et de vos antécédents médicaux, et après un examen physique, il est possible que votre médecin soit en mesure de diagnostiquer une insuffisance respiratoire chronique.

Antécédents médicaux

Votre médecin vous posera des questions sur vos pathologies existantes ou passées, pour en savoir plus sur vos antécédents médicaux. Certaines maladies peuvent être à l’origine d’une insuffisance respiratoire, de sorte que ces réponses sont utiles.

Examen physique

Lors d’un examen physique, le médecin va écouter les sons anormaux de vos poumons et de votre cœur à l’aide d’un stéthoscope.

Test d’oxymétrie pulsée

Le médecin mesurera votre niveau d’oxygène à l’aide d’un petit capteur placé au bout du doigt afin de déterminez si vous absorbez suffisamment d’oxygène. Il s’agit d’un test d’oxymétrie pulsée

. Chez les patients en bonne santé, la saturation normale en oxygène se situe entre 96 % et 100 %. Un faible pourcentage, c’est-à-dire, inférieur à 90 %, indique un niveau d’oxygène anormal ou faible.

Gazométrie du sang artériel

Gaz sanguins artériels

Ce test est destiné à vérifier le taux d’oxygène et de dioxyde de carbone dans le votre sang. Un médecin ou infirmier va prélever du sang artériel au niveau du poignet. Il envoie l’échantillon à un laboratoire pour analyse. Les résultats de ce test indiquent le niveau d’oxygène et de dioxyde de carbone dans le sang.

Imagerie médicale

Votre médecin peut recourir à une radiographie thoracique

ou

à un tomodensitogramme

(tomographie par ordinateur)

pour

obtenir une meilleure vue de vos poumons. Ces tests révèlent les causes possibles d’insuffisance respiratoire chronique.

Traitement

Bien que l’insuffisance respiratoire aigüe constitue une urgence médicale qui doit être traitée à l’hôpital, l’insuffisance respiratoire chronique se soigne à la maison. Dans les cas graves, des professionnels de santé peuvent vous aider à gérer votre pathologie dans une maison de soins de longue durée.

Options de traitement généralement utilisées :

  • traitement des causes d’insuffisance respiratoire ;
  • élimination de votre corps de l’excédent en dioxyde de carbone ;
  • augmentation de vos taux d’oxygène sanguin.

Oxygénothérapie

En cas de déficit en oxygène sanguin, une oxygénothérapie peut vous être administrée

. L’oxygénothérapie accroît la quantité d’oxygène dans votre sang et augmentant la quantité que vous inhalez. L’oxygène est acheminé par un tube à partir d’un concentrateur d’oxygène. L’autre extrémité du tube est reliée à un masque qui vous couvre la bouche et le nez. Certains concentrateurs d’oxygène sont suffisamment petits pour être portables dans un sac à bandoulière.

Trachéotomie

Dans les cas graves, il arrive que le patient ait besoin d’une trachéotomie

. Le médecin pratique une petite ouverture à l’avant du cou, là où se trouve la trachée. Un tube est placé dans celui-ci pour vous aider à respirer.

Respirateur artificiel

Lorsque les méthodes énumérées précédemment ne constituent pas des options viables, ou si l’insuffisance respiratoire ne s’améliore pas, le médecin vous placera sous respirateur artificiel. La machine pompe de l’oxygène par un tube relié à un masque adapté sur votre bouche et votre nez. La machine vous insuffle de l’air dans le nez et la bouche : vous ne respirez plus naturellement.

Complications

En cas de condition chronique, telle qu’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ou un emphysème, il est possible que vous ayez besoin d’une aide respiratoire à long terme. Le pronostic d’ensemble dépend de la cause exacte de l’insuffisance respiratoire, de votre état de santé général et du moment où le traitement vous est administré. Il n’existe pas de méthode de prévention ni de remède efficace pour combattre cette condition.

A lire aussi

Vésicules : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Agranulocytose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Prendre de la teinture mère de propolis pour rester en forme

Claude

Pancréatite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Pourquoi se doter d’un logiciel de suivi des heures de délégation CSE ?

Emmanuel

Facteurs de risque d’ostéoporose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene